InspirAction

InspirAction #15 : Île des Moulins de Terrebonne

Sur la rivière des Mille-Îles, entre le Vieux-Terrebonne et l’île Saint-Jean

3955

Visites sur la fiche

Histoire des lieux

Publiée le : 13 septembre 2020

Dernière modification le : 20 novembre 2020

L’Île-des-Moulins est occupée par des complexes industriels dès la première moitié du XVIIIe siècle. En effet, les moulins utilisent la force hydraulique de la rivière des Mille Îles. Au début du siècle suivant, l’île devient un emplacement stratégique pour le commerce des fourrures. Simon McTavish, qui est alors l’âme dirigeante de la Compagnie du Nord-Ouest, fait du site un lieu de production et d’échanges qui contribue grandement au développement des Pays-d’en-Haut.

En 1832, Joseph Masson fait l’acquisition de la seigneurie de Terrebonne qui est alors vendue aux enchères. Au-delà du prestige que conférait la seigneurie, Masson accélère le développement de l’Île-des-Moulins, jusqu’à en faire l’un des plus importants centres industriels de la région. À l’époque, on y retrouve une grande variété de bâtiments industriels : des moulins à farine et à scie; des entrepôts divers, des docks et une boulangerie. Le décès de Joseph Masson, en 1847, ne ralentit pas le développement du site, qui est alors repris par son entourage d’affaires. Mais la fin du 19e siècle marque l’arrivée de nouvelles sources d’énergie, précipitant ainsi le déclin du site.

L’Île-des-Moulins est l’un des complexes industriels les plus anciens encore en état, les autres datant de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle. Les recherches archéologiques effectuées sur le site témoignent de l’occupation de l’île depuis le XVIIIe siècle. L’ensemble des immeubles patrimoniaux de l’Île-des-Moulins est classé en 1973 par le ministère des Affaires culturelles, qui en fait l’achat l’année suivante, en plus d’entreprendre des travaux de requalification et de mise en valeur des bâtiments et du site. L’île est acquise en 1995 par la Ville de Terrebonne et constitue encore aujourd’hui un important lieu récréotouristique et culturel.

C’est un des sites proto-industriels les plus importants du Québec […] à la charnière entre l’époque d’ancien régime et l’époque industrielle qui est vraiment unique. Gérard Beaudet, professeur titulaire, École d’urbanisme et d’architecture de paysage, Université de Montréal

Enjeux

Ce complexe proto-industriel, bien qu’exceptionnel, fut sérieusement menacé dans les années 1950 et 1960. En plus de l’absence de vocation et d’utilisation, de nombreux enjeux ont complexifié la sauvegarde et la requalification de ce site unique.

De nombreux bâtiments et ouvrages ont dû être démolis en raison d’un manque de « sécurité, une trop grande dégradation ou une absence d’intérêt historique » (Beaudet, 2017 : 162). Durant les années 1960, l’Île-des-Moulins a même accueilli un parc de maisons mobiles. Devant l’état des bâtiments et parce que le propriétaire de l’époque ne souhaitait pas d’intervention publique sur le site, le ministère des Affaires culturelles s’est porté acquéreur de l’île pour procéder à son classement et ainsi lancer le projet de requalification.

Toutefois, après l’acquisition, d’autres embûches ont ralenti la progression du projet : les propriétaires de l’île Saint-Jean s’opposent à la construction d’une passerelle entre les deux îles, les coûts reliés au projet initial explosent et une crise des finances publiques survient. Ceci explique que la requalification de l’Île-des-Moulins se soit réalisée sur une vingtaine d’années.

Projet de requalification et de mise en valeur

Le projet de restauration historique de l’Île-des-Moulins était le deuxième chantier de cette nature, après celui de la Place-Royale de Québec, et il s’appuyait sur la même approche. Pour ce faire, la période de référence qui a servi de base au projet était comprise entre 1832 et 1883, soit l’ère Masson, considérée comme l’apogée du lieu. Le projet visait la restauration des moulins et du bureau seigneurial en vue de faire un parc culturel urbain destiné à la population.

Des initiatives citoyennes ont permis de requalifier les moulins de la chaussée; en effet, la bibliothèque municipale de Terrebonne devait être installée à proximité de l’Île-des-Moulins, alors que les moulins cherchaient une vocation. Des citoyennes et citoyens ont alors proposé au ministère des Affaires culturelles d’implanter la bibliothèque dans les moulins et de réaffecter les fonds pour la construction de la bibliothèque dans la restauration de l’édifice, ce que le ministère a accepté.

Enfin, en plus d’être converti en parc culturel urbain, le rappel de la vocation première de l’Île-des-Moulins a pris davantage de place avec les années, pour marquer l’importance de ce site proto-industriel dans le développement de la région et de la province.

20

Nombre d’années nécessaire pour la requalification du site

1832

Année d’acquisition de l’île par Joseph Masson

1973

Classement par le gouvernement du Québec

Processus et acteurs impliqués

On compte parmi les acteurs de cette requalification : le ministère des Affaires culturelles qui a procédé au classement du site et à son rachat pour lancer les travaux visant sa revalorisation; et la Ville de Terrebonne qui a racheté le site au ministère des Affaires culturelles pour consolider son usage en tant que parc culturel urbain, mais aussi par la poursuite de la valorisation du site grâce à une consolidation du patrimoine bâti et paysager et par une mise en lumière des éléments architecturaux et naturels.

Intégration du site au contexte environnant

Alors que, généralement, les complexes industriels sont isolés sur le territoire, celui de l’île des Moulins est attenant au Vieux-Terrebonne. Il a eu une influence importante dans le développement de ce secteur grâce au lien direct entre les deux sites et leur complémentarité. Cette synergie a été prise en compte lors du projet de requalification. En effet, bien que le Vieux-Terrebonne fasse cohabiter depuis les années 1980 des interventions plus contemporaines et des approches de préservation plus conventionnelles, la mise en valeur de ces deux territoires est un pari réussi.

  • Municipalité ou arrondissement

    Ville de Terrebonne

  • Enjeu(x)

    Protection du patrimoine

    Paysage urbain

  • Propriétaire(s)

    Public: municipal

  • Responsable(s)

    Ville de Terrebonne

  • Catégorie(s)

    Culturel

    Industriel

    Espaces publics, parcs et espaces vert

  • Année de construction

    Seconde moitié du 18e siècle et première moitié du 19e siècle

  • Statuts de reconnaissance

    Immeuble patrimonial classé

Rejoignez la discussion!

Quel regard portez-vous sur ce site montréalais? Quel héritage nous a-t-il laissé? Quel avenir peut-on lui créer? Par où commencer pour y arriver? Qui veut participer au projet?

Vous avez des questions? Vous souhaitez en faire davantage, mais il vous manque de l’information? Consultez notre boîte à outils pour en apprendre plus sur le patrimoine de la région métropolitaine de Montréal, les mécanismes de préservation en place et les actions possibles.